Archives du mois : novembre 2016


Le réseau DEPHY : des fermes en action vers la réduction de pesticides

28

Nov 2016

Le réseau DEPHY : des fermes en action vers la réduction de pesticides

Le réseau national DEPHY Ferme, initié en 2008, est aujourd’hui composé de près de 250 groupes d’agriculteurs qui développent des systèmes de cultures plus économes en produits phytosanitaires.

Dans l’Indre, le GD CIVAM 36 anime un groupe d’agriculteurs de la Champagne Berrichonne qui est dans le réseau depuis ses origines. Aujourd’hui, ses membres ont du recul sur la démarche.

Dans la vidéo suivante, Laurent Brulet, céréalier à Coings, présente sa démarche de diversification des cultures, lui permettant de sécuriser ses marges tout en réduisant le recours aux phytos.

Voir la vidéo ici

image-lbrulet

 

Concernant le Boischaut Sud, un groupe « agriculture autonome et économe » animé par l’Adar Civam a intégré le réseau Dephy en juillet 2016.

La présentation détaillée de ce groupe et ses actualités sont désormais consultable sur la page dédiée du présent site : « Service et Domaines d’Actions –> Soutien à l’agriculture durable –> Dephy Ecophyto ».

Pour accéder directement à cette nouvelle page, cliquer ICI.

 

 

 

 


Artclie de Le Monde - René Marandon http://www.lemonde.fr/biodiversite/visuel/2016/11/16/derniere-chance-pour-la-biodiversite-6-6-les-pommes-d-antan_5032123_1652692.html#

23

Nov 2016

La Société pomologique du Berry…lauréat 2016 du « Free Breeding award »

 

La Société pomologique du Berry, présidée par René Marandon, est Lauréat 2016 du concours organisé par  La fondation Pour une Terre Humaine, dans la catégorie « Création libre de fruits ». Lien vers le site :  The free award breeding.

Par ses actions pour la conservation et la valorisation du patrimoine pomologique local, la société pomologique souligne et s’inscrit dans une recherche de sauvegarde de la biodiversité, notamment de la biodiversité cultivée. Dans sa rubrique « Dernière chance pour la biodiversité » Le Monde publie un bel article qui précise cette démarche. Lien vers l’article éphémère de Le Monde, à ouvrir si besoin avec l’application gLinksDernière chance pour la biodiversité « Les Pommes d’Antan »

Artclie de Le Monde - René Marandon http://www.lemonde.fr/biodiversite/visuel/2016/11/16/derniere-chance-pour-la-biodiversite-6-6-les-pommes-d-antan_5032123_1652692.html#

Artclie de Le Monde – René Marandon http://www.lemonde.fr/biodiversite/visuel/2016/11/16/derniere-chance-pour-la-biodiversite-6-6-les-pommes-d-antan_5032123_1652692.html#

Site de la Société pomologique du Berry : Société pomologique du Berry

 


Les 6 ème de la Châtre, en quête de biodiversité !

15

Nov 2016

Les 6 ème de la Châtre, en quête de biodiversité !

A la suite d’une intervention en classe donnée par l’ADAR sur le paysage du Bocage, des collégiens se sont livrés à un circuit découverte à Chassignolles. La classe de sixième 4 du collège de La Châtre et leurs professeurs de Sciences et Vie de la Terre,  et d’Histoire- Géographie  Mireille Deschatre et Sandrine Larignon sont allés observer le paysage du bocage dans et autour de l’exploitation de Nicolas Jourdain ; éleveur de Limousines à Chassignolles.

img_2255   _dsc_0282bis

L’occasion pour ces élèves de constater que ce type de paysage, typique du Boischaut-Sud, est favorable au maintien de la biodiversité. Au programme : explication de la taille des haies, de leur rôle multifonctionnel pour l’agriculture et pour la biodiversité, et observation de la faune et de la flore. Le circuit emprunté a permis aux élèves de constater la diversité d’espèces animales et végétales de différents milieux : parcelle de culture, prairie humide, milieu forestier et mare.

Cette sortie terrain donnera lieu, dans le cadre de leurs cours de SVT, au montage d’une ferme à lombrics que les collégiens, enthousiastes, ont récolté dans le sol de Nicolas Jourdain. Ils étudieront les échantillons collectés tout au long de la visite : reconnaissance d’espèces végétales, observation du sol et de l’humus.

 

 


Les semences, base de notre alimentation : un bien commun menacé. Échanges citoyens à travers une projection-débat au cinéma d’Aigurande

14

Nov 2016

Les semences, base de notre alimentation : un bien commun menacé. Échanges citoyens à travers une projection-débat au cinéma d’Aigurande

 

index

Après 10.000 ans de sélection, d’adaptation et d’échange des graines servant à produire notre alimentation,  depuis un demi siècle, le commerce des semences par l’agro industrie et leur brevetage précipitent la disparition de la biodiversité domestique et organisent la privatisation d’un bien commun.

C’est pour prendre la mesure de ce constat, inviter à réfléchir, échanger et inciter à agir qu’une projection-débat a été organisée jeudi 9 novembre par un collectif d’associations (Échanges et Amitié-tous citoyens du monde, Re Source, ADEARI, Artisans du Monde 36, Les cigales et les fourmis organisent avec l’appui de l’ADAR-Civam) dans le cadre du festival AlimenTERRE autour du film « La guerre des graines ».

Les intervenants présents ont apporté des éclairages variés à travers leurs expériences et leurs pratiques et alimenté les échanges avec la centaines de personnes présentes.

dsc00926dsc00919dsc00925

Daniel Jarreau a d’abord exposé les méthodes pour récupérer et conserver ses semences potagères.

Anne Dorge, récemment nominée pour le Prix Marjolaine, a présenté les actions qu’elle mène avec l’association « Les cigales et les fourmis » et en particulier l’animation de grainothèques ou encore d’ateliers jardins ou s’échangent semences et savoirs faire.

Philippe Auvillain, polyculture éleveur installé près d’Aigurande, a quant à lui expliqué comment, dans un esprit de recherche d’autonomie, il participe avec un groupe d’autres paysans à la production de semences de maïs population.

A la lumière de ces expériences, les échanges avec la salle ont abordé différentes questions et notamment :

Pourquoi et comment produire ses propres semences quand on est jardinier ou paysan?

Quel est  l’évolution et le sens de la réglementation sur la production semencière? Par qui et comment ces lois sont-elles majoritairement influencées tant au niveau national qu’européen?

Quel lien entre l’uniformisation de la production de semences et la diversité et la qualité de notre alimentation?

Dans un contexte de domination du marché des semences par quelques groupes internationaux, quelle est aujourd’hui la marge de manœuvre décisionnelle des agriculteurs sur l’orientation de leurs systèmes de production? Quels est le pouvoir du consommateur dans ses actes d’achats alimentaires?

 

 

 


Soigner les bêtes à l’herbe, c’est possible ?

10

Nov 2016

Soigner les bêtes à l’herbe, c’est possible ?

Lundi 7 novembre, une dizaine d’éleveurs du Boischaut Sud se sont réunis sur la ferme de Thierry Lenue, à Gargilesse.

A la suite de plusieurs formations à la botanique menées depuis 2015 avec les interventions de Marie-Hélène Froger d’Indre Nature et de la botaniste Blandine Grillon, ce petit groupe d’éleveurs s’est progressivement constitué pour échanger sur leurs pratiques et continuer à se former ensemble. L’enjeu ? Mieux comprendre le fonctionnement des prairies naturelles, pour préserver la richesse de leur flore tout en la valorisant au sein de l’atelier d’élevage.

Et suite aux dernières rencontres, les éleveurs ont fait part de leur souhait de mieux connaître les aspects sanitaires et médicinaux liés aux prairies naturelles bocagères.

L’intervention d’Hubert Hiron, vétérinaire membre du GIE Zone Verte, a apporté de nombreux éléments de réponse ce lundi à Gargilesse. Avec une approche globale liant agronomie, nutrition et santé, et une démarche avant tout préventive plus que curative, la journée a permis de donner des outils d’analyse sur différents points clés : alimentation de la vache allaitante (composition et maturité de l’herbe, équilibre alimentaire, modalité de distribution), mise à l’herbe et gestion de la pâture, prévention du parasitisme, plantes médicinales,  etc.

groupe gargilesse

A l’issue de la journée, certains éleveurs ont déjà identifié des pistes d’améliorations concrètes à rapporter dans leurs fermes. Une formation presque « trop courte », qui donnera certainement lieu à des suites lors des mois à venir.

Pour être informé des futures journées en lien avec la thématique : s’inscrire auprès de Lucas Henner : henner.adar.bs@orange.fr


Communiquer et fédérer autour de l’Economie Sociale et Solidaire dans l’Indre

04

Nov 2016

Communiquer et fédérer autour de l’Economie Sociale et Solidaire dans l’Indre

La rencontre organisée à l’initiative du collectif ESS36 et avec l’appui de la Chambre Régionale d’Economie Sociale et Solidaire (CRESS Centre-Val de Loire) le jeudi 3 novembre à La Châtre avait pour objectif de :
    –  faire connaître le collectif ESS36 auprès d’autres structures de l’ESS du département afin d’élargir sa composition
    – présenter une structure membre, en l’occurrence  l’ADAR-Civam, afin d’illustrer en pratique ce qu’est l’ESS 
    – annoncer les évènements du Mois de l’ESS dans l’Indre
 p1030907
Les vingt personnes présentes, issues d’une douzaine d’associations faisant vivre l’ESS dans l’Indre, ont ainsi pu renforcer leur interconnaissance mutuelle, échanger sur les enjeux du territoire et les apports de l’ESS (monnaies locales, économie circulaire, évolution des modes de consommation, reconnaissance des personnes et de leurs initiatives à travers l’appui à l’émergence d’activités ancrées sur le territoire, insertion par l’activité économique, etc..).
La contribution de l’ADAR-Civam à ce secteur à notamment été mise en évidence à travers la présentation d’une exposition sur les circuits courts alimentaires et le témoignage d’Angélique FERREIRA et Alex ALLELY (La Cantine d’Hector), établis à La Châtre, qui testent actuellement leur activité de restauration itinérante à base de produits locaux au sein de la couveuse NATIVE  du PLES.
p1030927
 p1030911
Cette rencontre a également permis à deux association employeuses du Boischaut Sud, le Groupement d’Employeurs Val de Bouzanne et l’association d’insertion Les Jardins de l’Espersévérance de prendre part aux réflexions qui animent le collectif.
 p1030935 p1030933 p1030914
Ces échanges se poursuivront à l’osassion des  prochains « Apéros ESS » dans le but de donner une plus grande lisibilité à l’ESS.