Archives du mois : février 2018


Changer de regard pour mieux accueillir sur notre territoire

19

Fév 2018

Changer de regard pour mieux accueillir sur notre territoire

Cette première rencontre (qui marque le début de rendez-vous réguliers proposés par l’ADAR-Civam sur le thème de la dynamisation du Boischaut Sud par l’accueil de nouvelles populations)  avait pour objectifs de cerner plus précisément des leviers pour accroitre l’attractivité du territoire, de partager une feuille de route et de renforcer la concertation entre acteurs de l’accueil territorial  et de l’ accueil touristique.

La matinée s’est organisée autour d’interventions et de témoignages.

La présentation de Jean Yves Pineau (les Localos) visait à relever les « complémentarités, tensions et articulations entre politique d’accueil de  nouvelles populations et tourisme ».

Le visionnage du film « La Glace à la Fourme » a ensuite permis l’alimenter les échanges.

Les témoignages qui ont suivi ont mis en évidence les potentialités (parfois ignorées) du territoire en matière d’attractivité.

D’abord en analysant plus spécifiquement les possibilités offertes par le télétravail : Barabara Spanu à partagé son expérience de nouvelle arrivante puisqu’elle a choisi de quitter Paris pour venir s’installer près d’Argenton d’où elle continue de travailler pour ses anciens clients en tant que traductrice. Sa présentation est disponible ici.

Le témoignage suivant a montré en quoi le paysage constitue un facteur d’attractivité qui ne demande qu’à être mieux partagé et valorisé. L’initiative originale consistant à faire un inventaire des motifs paysagers, entreprise par le Pays Saint Amandois a été présentée par Dominique ROBLIN (élu du Syndicat mixte du Pays) et Hélène SERVANT MASSE (animatrice du programme LEADER). Ils ont ainsi pu expliquer comment la population a été associée à une action collective  visant à répertorier et à valoriser les motifs paysagers communs aux habitants du Boischaut Sud  du Cher (tels que les granges à auvent, les arbres remarquables,  les murets de pierres sèches ou encore les puits).

 

La soixantaine personnes présente s’est ensuite répartie sur 4 ateliers qui se sont déroulés simultanément, avec des objectifs qui leur étaient propres :

L’atelier 1 : « Construire une image positive : une posture idéologique ou une résultante de moyens ? » a permis de dégager des pistes d’actions concrètes pour construire et partager plus largement une image positive du territoire du Boischaut Sud.

L’atelier 2 : « Ambassadeurs de l’accueil : passer de démarches isolées à un réseau structuré » a conduit à valider des outils (voir la charte des ambassadeurs de l’accueil) et à acter une méthode  pour mobiliser des ambassadeurs et faire vivre leur réseau.

L’atelier 3 : « Séjours touristiques : quelles animations pour faire découvrir et donner envie de rester ? » a offert un cadre d’échange pour faire un point d’étapes sur la co-construction de séjours thématiques et enrichir des circuits déjà élaborés par le regard et les apports des participants (élus ou techniciens responsables du secteur touristique, hébergeurs, producteurs ou porteurs de projets déjà engagés dans cette co-construction ou souhaitant y  prendre part).

L’atelier 4 : « Comment mieux accompagner les candidats à l’installation et les nouveaux arrivants? » a actualisé l’état des lieux des compétences disponibles, mais aussi des manques en la matière. Les participants ont proposé des pistes d’action concrètes pour agir de façon plus coordonnée et efficace.

Avant de se quitter, les participants on conclu sur l’idée que le potentiel de l’attractivité et de la vitalité du territoire réside en chacun de ses habitants, qu’il ne suffit pas de se le dire mais qu’il faut  l’activer ! Il est pour cela nécessaire de changer de regard sur nous-mêmes, sur notre territoire et ses ressources ainsi bien sur que sur ceux qui font le choix de s’installer ici.

Si cette idée vous parle et que vous aussi souhaitez prendre part à une ou plusieurs des actions engagées dans le cadre du projet « cultivons l’accueil », vous pouvez contacter les chargé-e-s de missions de l’ADAR-Civam (Pauline Thibaux ou Olivier Benelle) qui vous renseigneront sur les multiples façons d’y participer.

 

Retrouvez ici l’intégralité du compte rendu de la rencontre.


Visite du Président du Ceser en Boischaut-Sud

13

Fév 2018

Visite du Président du Ceser en Boischaut-Sud

Jeudi 8 février, alors qu’il était en déplacement dans l’Indre pour la journée, Eric Chevée Président du Ceser est venu à la rencontre des agriculteurs du Pays de La Châtre.

Hervé Coupeau et Jean-Claude Moreau, tous deux siégeant au Ceser, l’ont guidé durant une après-midi auprès des agriculteurs du territoire afin de porter à sa connaissance les pratiques et initiatives qui illustrent une volonté et le potentiel pour promouvoir un terroir et une image de marque du Boischaut Sud. Ce sont ainsi illustrés comme thème phare les MAEC, le bois-énergie ou encore la filière viande locale dont l’abattoir de Lacs constitue un atout structurel majeur.

Article La Nouvelle République – 10/02/2018

Crédit Photo_ Jean-Michel Bonin La Nouvelle République


Observatoire technico-économique du Réseau Civam : résultats des systèmes herbagers économes.

08

Fév 2018

Observatoire technico-économique du Réseau Civam : résultats des systèmes herbagers économes.

Depuis 2000, l’observatoire technico-économique du Réseau Civam compare les performances des exploitations d’élevage herbivore en Agriculture Durable (AD) avec celles du RICA (Réseau national d’Information Comptable Agricole). Les exploitations « AD » sont caractérisées par un système économe et autonome en intrants. En élevage, ces systèmes reposent sur l’optimisation de la ressource fourragère, notamment par la maximisation du pâturage, et sont ainsi appelés systèmes herbagers.
Cette synthèse présente comme chaque année les résultats comparés des fermes AD avec le RICA en système bovins laitiers.
Un travail est en cours au sein du réseau Civam pour développer les références technico-économiques issues des fermes en bovin allaitant des groupes Civam, notamment parmi nos voisins de la Vienne et du Limousin. Les agriculteurs volontaires du Boischaut Sud de l’Indre pourront s’intégrer dans cette évaluation.
Contact : Lucas Henner, chargé de mission Agriculture durable, systèmes économes et autonomes – 07 89 50 80 44 – henner.adar.bs@orange.fr