Systèmes alimentaires locaux terrotorialisés


Défi famille à alimentation positive sur le Pays de La Châtre

28

Nov 2018

Défi famille à alimentation positive sur le Pays de La Châtre

LE DÉFI FAMILLES À ALIMENTATION POSITIVE … C’EST QUOI ?

Quelques familles du territoire se sont lancées dans le challenge !

De septembre 2018 à juin 2019
Le défi Familles à Alimentation Positive a été initié par Corabio (Coordination Rhônes-Alpes de l’Agriculture Biologique) en 2012. Il s’inspire du Défi Familles à Energie Positive. Le Graine Centre coordonne ce défi en Région Centre-Val de Loire et l’ADAR-CIVAM est partenaire du CPIE Brenne-Berry qui porte l’initiative dans le Boischaut (Pays de La Chatre et Pays de St Amand)
Localement, les familles sont accompagnées par les éducateurs à l’environnement spécialisés.
L’OBJECTIF
Le défi Familles à Alimentation Positive propose d’accompagner des familles de manière conviviale et ludique, à augmenter la part de produits bio et locaux dans leur alimentation sans augmenter leur budget.
COMMENT ÇA MARCHE ?
Des équipes d’environ 10 foyers sont accompagnées sur une période de 9 mois. Pendant cette période, elles vont vire :
• 4 temps forts : atelier jardinage, cours de cuisine, visite de fermes, échanges avec des nutritionnistes, atelier anti-gaspi, sortie récolte et cuisine de plantes sauvages…
• 3 périodes de relevés de leurs achats (quantité, prix, origine géographique, bio ou non bio,…) pour s’assurer qu’elles restent à budget constant pendant le défi et pour observer l’évolution de leurs choix de produits.
CE QUE CE DÉFI PERMET : + de bio et local à coût constant
De nombreux avantages sont désormais reconnu à cette démarche :
• Evolution des habitudes d’achat et de consommation des participants (alimentation équilibrée, bio, locale, de saison),
• Découverte de lieux d’achats à proximité permettant de s’approvisionner en produits locaux, bio, de saison,
• Analyse par les familles de leur budget alimentaire,
• Echanges conviviaux pérennes entre les familles participantes,
• Découverte et partage des recettes de plats bio locaux de saison peu coûteux,
• Visites de fermes, rencontre d’agriculteurs.


Un Projet Alimentaire Territorial en émergence dans le Boischaut Sud

19

Nov 2018

Un Projet Alimentaire Territorial en émergence dans le Boischaut Sud

C’est parti ! Depuis le mois de juin les communes d’Argenton Sur Creuse, du Pêchereau et de St Marcel sont mobilisées autour de leurs cantines. Pendant un an et demi, ces municipalités vont être accompagnées par 4 structures partenaires pour améliorer l’approvisionnement et le fonctionnement des quatre cantines scolaires locales, tout en offrant des repas de qualité, composés dans une proportion croissante de produits locaux et biologiques.

Ainsi, le CPIE (Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement) interviendra auprès des scolaires et de leurs enseignants pour aborder en pratique le sujet de l’alimentation, et ce faisant et selon les âges échanger sur les légumes oubliés, les enjeux de consommer en local, de connaitre l’origine des produits etc.

Cagette et Fourchette, jeune plate-forme associative locale qui fait le lien entre les producteurs et les restaurants scolaires, est initialement basée en Brenne et sur le Pays castelroussin.  Au sein de ce projet, l’association travaille au développement de sa structuration sur l’argentonnais au service des producteurs et des cantines de ce nouveau territoire.

L’ADAR-CIVAM intervient avec Adrien Demay, designer de service au sein de Détéa , sur l’optimisation des services de restauration en envisageant les mutualisations possibles entre les 4 cantines et en développant un axe de travail sur le « bien-être à la cantine », pour les enfants et pour les agents.

L’une des clés du succès d’un tel projet réside dans la mobilisation de l’ensemble des acteurs concernés par le service de restauration scolaire. Un enjeu fort puisqu’au sein du projet des interventions spécifiques sont prévues à destination des différents publics (cuisiniers, enfants, agents de salle, parents, enseignants, élus). Le 1er comité de pilotage qui s’est déroulé le 8 novembre dernier à la mairie d’Argenton Sur Creuse est en ce sens largement prometteur puisqu’il a réuni 44 personnes parmi lesquelles des élus, des cuisiniers et agents de salle bien sûr mais également des enseignants et des délégués de parents d’élèves des différentes écoles venus en nombre.

©Photo NR


Le Sénat adopte à la quasi-unanimité l’objectif de 20% de bio dans les cantines

02

Juil 2018

Le Sénat adopte à la quasi-unanimité l’objectif de 20% de bio dans les cantines

Le 28 juin dernier , les sénateurs ont voté à la quasi-unanimité (334 voix pour-2 voix contre) une proposition de loi visant à introduire 20 % d’aliments bio dans la restauration collective. La mesure, déjà prévue dans le Grenelle de l’Environnement en 2008, a mis du temps à s’imposer dans la loi.  Pour rappel, une telle mesure avait déjà été votée en 2016, avant d’être censurée par le Conseil Constitutionnel. Avec la loi Agriculture et Alimentation, le sujet a de nouveau été mis sur le tapis. Les députés avaient voté une proposition visant à introduire 50 % de produits locaux ou bio dans les cantines ; le Sénat a préféré retenir la formule « 20 % de bio », plus claire pour les consommateurs et les fournisseurs.

Source Consoglobe.com _ 29 juin 2018


Rencontre nationales COMEDIE : un temps pour la concertation territoriale

13

Nov 2017

Rencontre nationales COMEDIE : un temps pour la concertation territoriale

Le Réseau CIVAM participe à l’organisation de ces rencontres nationales qui ont pour objectif de réunir les acteurs locaux impliqués dans des démarches de dialogue au service du territoire et de la gestion concertée de ces communs que sont l’eau et l’alimentation. C’est à ce titre que l’ADAR-CIVAM est invitée à venir témoigner de son expérience sur l’approvisionnement local de la restauration scolaires et des enjeux que cela comporte en termes de concertation territoriale.

Si l’évènement vous intéresse, voici le programme_rencontres_comedie_2017.