Retour sur l’assemblée générale de l’ADAR-Civam

Retour sur l’assemblée générale de l’ADAR-Civam

Dans son rapport moral, qui avait pour objectif de rendre compte des évolutions de l’année pour l’association, notamment à travers les concertations  de ses groupes et les validations et décisions du CA, Jean Claude Moreau, président de l’ADAR-Civam, est revenu sur les travaux de l’année écoulée. A ce titre, il a notamment évoqué le devenir de l’école en Boischaut Sud ainsi qu’une question étroitement corrélée, celle de l’enjeu démographique. Il a mentionné un document présentant des données approfondies sur l’évolution de la population et les enjeux migratoires en Boischaut Sud (document qui a été présenté lors du Forum territorial sur l’accueil de nouvelles populations du 17 octobre 2016 à Baraize, à retrouver ici).

Les comptes de l’exercice 2016 ont ensuite été présentés par le trésorier, Denis Jambut et notre  expert-comptable, M. Laporte.

Le rapport d’activité présenté par les salariés a synthétisé les principaux champs d’action de l’Adar au cours de l’année écoulée : modes de productions agricoles durables, systèmes alimentaires territorialisés, accueil et accompagnement, lien agriculture/société, préservation de la biodiversité et développement économique. Des compléments d’information ont été apportés par les participants, notamment sur le FestiSanté d’octobre 2016, qui, à l’initiative de la MSA a rassemblé plus de 1000 personnes à Aigurande et auquel l’ADAR-Civam a apporté avec Céline Bihel, sa contribution en termes d’animation.

Parmi les partenaires invités à l’AG, étaient présents la présidente du PLES et le président du GD Civam.

Pour clôturer cette partie statutaire, l’assemblée a donné quitus au CA de sa gestion pour 2016.

Le débat qui a suivi, sur le thème « bocage et parc naturel : d’une diversité de points de vue au portage d’un projet », est parti de la vision de deux acteurs de terrain.

Jacques Lucbert, président de l’association Indre Nature, a rappelé les enjeux de préservation de la biodiversité et des habitats qui permettent à celle-ci d’exister. Ces milieux naturels étant étroitement liés aux pratiques agricoles, il a souligné que leur préservation ne va pas à l’encontre des principes agronomiques qui sous-tendent les équilibres économiques, sociaux et bien-sûr environnementaux de  l’agriculture du Boischaut Sud.

Il a aussi dit son étonnement de constater que le patrimoine naturel, qui est pourtant largement considéré comme un atout majeur pour notre territoire, ne soit pas d’avantage valorisé.

 

Daniel Calame, agriculteur retraité et maire de Saint Plantaire, est revenu sur les évolutions de l’agriculture qui ont contribué à modeler le paysage bocager dans sa commune. Par des exemples précis sur les choix d’aménagements fonciers réalisés au court des 40 dernières années, il a expliqué comment les visions du bocage ont évolué, concomitamment aux pratiques agricoles.

Les interventions des participants ont rappelé les liens entre présence de bocage et bien-être climatique, le caractère prescriptif des documents récents d’aménagement du territoire (notamment le SCOt). Elles au aussi permis d’insister sur le fort potentiel de la ressource bocagère, de son utilisation comme bois énergie, à travers laquelle les agriculteurs trouvent une raison de la gérer durablement.

Le projet de Parc Naturel a été présenté par Jean Michel Degay, vice-président du Pays de La Châtre en Berry et élu référent du projet. Il est revenu sur l’historique de cette idée, des différentes étapes à suivre pour permettre d’assurer son aboutissement (notamment l’étude d’éligibilité à venir et l’organisation qui sera mise en place localement pour organiser une concertation). Les échanges qui ont suivi ont alimenté une réflexion portant notamment sur une définition conjointe d’un contenu pouvant justifier la création d’un parc naturel. Parmi les éléments qui font sens, il a été relevé les thématiques de « patrimoine », de « nature », de « culture » et de « paysage », dont les participants ont constaté  que le bocage est une composante essentielle.

La perspective de parc naturel pour le Boischaut Sud s’avère, quoi qu’il en soit,  être une occasion de s’interroger sur l’image que ses habitants ont et souhaitent donner de leur territoire.

Enfin, le Conseil d’administration a été en partie renouvelé :

  • dans le collège des élus communaux, Jean Claude Duprix  (commune de La Châtre) et Benoit Rabret (commune de Vijon) ont été reconduits,
  • dans le collège des bénévoles, Sabrina Braem (Montlevic) a été réélue, Stéphanie Chaput (Chassignolles) a été titularisée et Daniel Grande (La Châtre) a été intégré comme administrateur stagiaire,
  • dans le collège associatif, René Marandon (Société Pomologique) remplace Jacques Aubourg (démissionnaire).

La composition complète du nouveau conseil d’administration est à retrouver ici.