Les semences, base de notre alimentation : un bien commun menacé. Échanges citoyens à travers une projection-débat au cinéma d’Aigurande

Les semences, base de notre alimentation : un bien commun menacé. Échanges citoyens à travers une projection-débat au cinéma d’Aigurande

 

index

Après 10.000 ans de sélection, d’adaptation et d’échange des graines servant à produire notre alimentation,  depuis un demi siècle, le commerce des semences par l’agro industrie et leur brevetage précipitent la disparition de la biodiversité domestique et organisent la privatisation d’un bien commun.

C’est pour prendre la mesure de ce constat, inviter à réfléchir, échanger et inciter à agir qu’une projection-débat a été organisée jeudi 9 novembre par un collectif d’associations (Échanges et Amitié-tous citoyens du monde, Re Source, ADEARI, Artisans du Monde 36, Les cigales et les fourmis organisent avec l’appui de l’ADAR-Civam) dans le cadre du festival AlimenTERRE autour du film « La guerre des graines ».

Les intervenants présents ont apporté des éclairages variés à travers leurs expériences et leurs pratiques et alimenté les échanges avec la centaines de personnes présentes.

dsc00926dsc00919dsc00925

Daniel Jarreau a d’abord exposé les méthodes pour récupérer et conserver ses semences potagères.

Anne Dorge, récemment nominée pour le Prix Marjolaine, a présenté les actions qu’elle mène avec l’association « Les cigales et les fourmis » et en particulier l’animation de grainothèques ou encore d’ateliers jardins ou s’échangent semences et savoirs faire.

Philippe Auvillain, polyculture éleveur installé près d’Aigurande, a quant à lui expliqué comment, dans un esprit de recherche d’autonomie, il participe avec un groupe d’autres paysans à la production de semences de maïs population.

A la lumière de ces expériences, les échanges avec la salle ont abordé différentes questions et notamment :

Pourquoi et comment produire ses propres semences quand on est jardinier ou paysan?

Quel est  l’évolution et le sens de la réglementation sur la production semencière? Par qui et comment ces lois sont-elles majoritairement influencées tant au niveau national qu’européen?

Quel lien entre l’uniformisation de la production de semences et la diversité et la qualité de notre alimentation?

Dans un contexte de domination du marché des semences par quelques groupes internationaux, quelle est aujourd’hui la marge de manœuvre décisionnelle des agriculteurs sur l’orientation de leurs systèmes de production? Quels est le pouvoir du consommateur dans ses actes d’achats alimentaires?