Mots-clés : Approvisionnement local


Une information peu réjouissante pour les circuits courts …

10

Mar 2017

Une information peu réjouissante pour les circuits courts …

Le 26 janvier 2017, le Conseil Constitutionnel a supprimé l’article 192 de la loi Egalité et Citoyenneté, dont voici le contenu :

« Art. L. 230-5-1. – I. – Dans le respect des objectifs de la politique de l’alimentation définie à l’article L. 1, l’État, les collectivités territoriales et les établissements publics incluent dans la composition des repas servis dans les restaurants collectifs dont ils ont la charge un volume de :

« 1° 40 % de produits sous signe d’identification de la qualité et de l’origine ou sous mentions valorisantes, définis à l’article L. 640-2, de produits provenant d’approvisionnements en circuits courts ou répondant à des critères de développement durable, notamment la saisonnalité des produits ;

« 2° 20 % de produits issus de l’agriculture biologique ou de surfaces agricoles en conversion, au sens de l’article 17 du règlement (CE) n° 834/2007 du Conseil du 28 juin 2007 relatif à la production biologique et à l’étiquetage des produits biologiques et abrogeant le règlement (CE) n° 2092/91. »

Cette mesure avait pourtant été votée à deux reprises à une très large majorité à l’Assemblée nationale et adoptée définitivement dans le cadre du projet de loi Egalité et citoyenneté en décembre dernier.


Circuits courts mais grands enjeux …

28

Fév 2017

Circuits courts mais grands enjeux …

Extrait d’ActuOcentre_ La lettre d’informations de la Région Centre Val de Loire
Aujourd’hui, François BONNEAU, a signé un protocole d’accord en faveur de l’introduction des produits des filières agricoles locales et biologiques dans la restauration scolaire des lycées de la Région Centre-Val de Loire avec la Chambre  Régionale   d’Agriculture   du   Centre-Val   de   Loire et Bio Centre. Et quel cadre plus propice pour contractualiser cet engagement fort que l’espace régional du Salon de l’agriculture qui accueille  une bonne quinzaine d’agriculteurs et de producteurs locaux. « Ce protocole doit donner plus de ressources aux producteurs et permettre à chacun d’entre nous de consommer des produits de qualité dont il connaît l’origine. Je veux rapprocher consommation et production », explique François BONNEAU, ciblant notamment tous les établissements publics qui proposent de la restauration collective. Aujourd’hui, dix lycées expérimentent cet approvisionnement de proximité. L’ambition est d’arriver, entre autres, à ce que tous les lycées régionaux l’adoptent l’année prochaine.


Réseau de gestionnaires pour l’approvisionnement local des collèges et du lycée

13

Oct 2016

Réseau de gestionnaires pour l’approvisionnement local des collèges et du lycée

Jeudi 6 octobre les gestionnaires de collège du Pays de La châtre ainsi que l’agent comptable du lycée George Sand ont participé à une première rencontre collective autour de l’approvisionnement local sur le territoire. C’est à la demande de gestionnaires souhaitant promouvoir les productions locales dans les menus des établissements scolaires que l’ADAR-CIVAM a proposé de structurer ce réseau de professionnels. Les établissements du secondaire du Pays de la Châtre sont pour une grande majorité désireux de promouvoir les produits du terroir auprès des élèves. Ils sont cependant en but à des difficultés techniques et logistiques sur lesquelles ils ont pu échanger (démarches d’appel d’offre, connaissance de l’offre locale, etc). Cette démarche d’approvisionnement local ne peut se mettre en place sans l’implication pleine et entière des cuisiniers et intendants, eux aussi présents lors de cette rencontre pour évoquer les freins qui sont les leurs en cuisine. Mme De Crémiers, conseillère régionale, vice-présidente à l’alimentation s’est joint à ce temps de travail pour développer l’ambition de la Région Centre en matière d’approvisionnement local et bio. Elle a pu évoquer les initiatives bientôt à l’oeuvre pour faciliter la prise de commande au niveau des lycées, et ainsi que les perspectives de formation des cuisiniers pour être plus en adéquation avec l’offre de produits bio et locaux. Jérémy Bouillaud, animateur au CPIE, partenaire de l’ADAR-CIVAM depuis plusieurs années sur ce sujet, est venu participer à l’animation de ce 1er échange entre professionnels.


Une exposition pour mieux consommer disponible à l’ADAR-CIVAM !

02

Sep 2016

Une exposition pour mieux consommer disponible à l’ADAR-CIVAM !

Plusieurs mois de travail pour un beau résultat, une exposition pour « Manger local » et « S’approvisionner en circuits courts » a été conçue par 3 chargés de missions de l’ADAR-CIVAM, du CPIE (Centre Permanent d’Initiation à l’Environnement) et de l’URGC (Union pour les Ressources Génétiques de la Région Centre). En 7 panneaux esthétiques, ludiques et surtout pédagogiques, cette exposition à vocation à informer jeunes et moins jeunes de l’intérêt de consommer des produits locaux de qualité et l’impact qu’une telle consommation peut avoir sur notre santé, le dynamisme de notre territoire et la qualité de notre environnement. Quelques conseils de lecture des affichages des produits de consommation courante, une cartographie des productions typiques de notre Région, un décryptage des labels, le B.A-BA du locavore amateur, vous trouverez là un condensé d’informations pour promouvoir une alimentation responsable sur notre territoire.

Cette exposition est disponible à l’ADAR-CIVAM. N’hésitez pas à nous joindre si vous souhaitez en faire usage lors de vos évènements et animations diverses !


Circuits de proximité et bouchers-abatteurs : Les élèves du CFA en visite sur 2 exploitations à Cluis.

03

Mar 2016

Circuits de proximité et bouchers-abatteurs : Les élèves du CFA en visite sur 2 exploitations à Cluis.


Lundi 29 février les apprentis et stagiaires de la formation professionnelle du CFA-CMA de l’Indre (section boucherie et charcuterie) se sont rendus chez des éleveurs partenaires de Benoit Noc, artisan boucher à Cluis.

Ces visites font suite à une intervention en salle auprès des élèves le 26 novembre dernier. L’objectif en était le suivant : porter à la connaissance des élèves les pratiques en circuits courts et de proximité des bouchers-abatteurs dans le Boischaut Sud et mettre en relief leurs intérêts et impacts économiques, sociaux et environnementaux.

Benoît Noc a développé sa pratique de boucher-abatteur en succédant à l’artisan boucher qui lui a cédé sa boutique en 2005. D’emblée intéressé par la pratique il a pris le relais auprès des fournisseurs habituels de son prédécesseur, assurant ainsi l’approvisionnement de la totalité de son commerce en viande locale. Il a évoqué sa volonté de maitriser le produit qu’il propose à ses clients de A à Z, « C’est le choix de l’artisanat ». C’est pour lui une manière de contribuer à faire vivre le territoire, tout en véhiculant une image valorisante du terroir. A cela s’ajoute les relations conviviales développées entre les partenaires qui contribuent à la pérennité de ce type de coopération.

Il s’agissait ce lundi d’échanger avec les éleveurs, fournisseurs directs de Benoît Noc et de comprendre comment ce débouché s’inscrit dans leur système de production. Chacun des intervenants a pu expliquer son choix de travailler ainsi en coopération et les implications que cela comporte.

Nous avons tout d’abord été accueillis par Damien et Christian Pantaléon, sur le GAEC de Millançay à Cluis. Ils élèvent une centaine de mères allaitantes et fournissent également Benoît Noc en porc et en veau de lait. Nous nous sommes ensuite rendus sur l’exploitation de Laurent Deschatre, éleveur et négociant, au lieu-dit Pélabosse à Cluis également. Les éleveurs s’accordent à dire que l’approvisionnement de la boucherie de Benoît Noc ne constitue qu’une petite partie de leur revenu. Il s’agit cependant de la part de leur travail qu’ils valorisent le mieux, financièrement bien sûr mais également en terme de reconnaissance par l’artisan et le consommateur de leur savoir-faire professionnel.

Benoît Noc a pu expliquer la manière dont il choisit une bête sur pied et les élèves exercer leur regard sur les génisses potentiellement destinées à la boucherie de Cluis.


Conférence sur l’approvisionnement local auprès des élèves du CFA de l’Indre

27

Nov 2015

Conférence sur l’approvisionnement local auprès des élèves du CFA de l’Indre

Lundi 16 novembre de 10h00 à 12h00 au CFA interprofessionnel de l’Indre, une conférence sur l’approvisionnement local et la pratique des bouchers-abatteurs a été donnée auprès des apprentis bouchers en deuxième année de CAP, des apprentis employés traiteur en mention complémentaire, des stagiaires de la formation professionnelle, des adultes en reconversion professionnelle ainsi que de leurs enseignants.

Madame Delphine Lévêque, responsable du Pôle Alimentation Hôtellerie Restauration et notre interlocutrice au CFA, a permis la mise en oeuvre de ce partenariat.

Nous sommes intervenus à 3 voix pour porter à la connaissance des élèves ces pratiques en circuits courts et mettre en relief leurs intérêts et impacts économiques, sociaux et environnementaux. Anne-Claude Moisan-Lefebvre, chargée de mission Circuits courts à l’ADAR-CIVAM, a ainsi présenté une définition des circuits courts de proximité et leur traduction sur le territoire à travers l’exemple de la filière viande en Boischaut Sud.

Pierre Bontemps, boucher-abatteur à Aigurande et ancien formateur du CFA, a témoigné de son expérience et a permis un échange technique de professionnel à professionnel sur les motivations de sa démarche et sa manière de l’exercer pratiquement.

Fanny Moyse, chargée de mission principale au Pôle BioDom’ Centre-URGC, a présenté les races ovines locales et l’intérêt de leur réimplantation sur nos territoires. Elle a insisté sur la nécessaire complémentarité du travail des éleveurs et des artisans pour redévelopper une race, du point de vue de l’élevage et de la valorisation bouchère.

Un article similaire à voir sur le site du CFA de l’Indre.

Cette première intervention sur les circuits courts sera suivie d’une deuxième session qui se déroulera elle sur une exploitation, en février. Elle sera l’occasion d’emmener les élèves sur le terrain afin d’échanger avec des éleveurs fournisseurs directs des artisans et toujours en présence d’un boucher. Ce dernier pourra ainsi faire la démonstration des compétences et connaissances à développer pour choisir une bête sur pied.

Affaire à suivre !


Carrefour de la restauration collective en Boischaut Sud

03

Juil 2015

Carrefour de la restauration collective en Boischaut Sud

Une quarantaine d’acteurs de la restauration collective ont répondu présent à l’invitation de l’ADAR CIVAM et du CPIE pour participer à une rencontre d’échange et de mise en perspective de l’approvisionnement local des cantines et des restaurants de collège en Boischaut Sud, le 17 juin dernier. Avec une proportion égale d’élus municipaux et de producteurs, les personnes présentes ont pu participer à différents ateliers selon leur responsabilité ou leur profession.

Les ateliers

Mme Lebraly, agent de la DDCSPP est venue répondre à l’ensemble des questions que sont susceptibles de se poser à la fois le personnel de cuisine et les producteurs dans  le cadre de la règlementation sanitaire qui s’impose à eux.

Justine Balland, diététicienne auprès du CODES 36, a quant à elle proposé une animation autour de la conception de menus équilibrés et composés d’aliments issus des productions locales.

Les producteurs ont pu échanger sur leur expérience de partenariat avec les collectivités et les collèges et affirmer leur besoin de formaliser les engagements auprès de leurs interlocuteurs afin d’assurer la régularité de l’approvisionnement en local. Des perspectives d’approvisionnement de restaurants scolaires se dessinent pour la rentrée et chacun a pu signifier l’intérêt d’une rencontre formelle entre l’équipe de direction et des cuisines de chaque établissement avec l’ensemble des producteurs intéressés pour l’approvisionner.

Le plan de formation

Un plan de formation a été diffusé proposant :

  • deux rendez-vous à l’automne pour les cantinières, autour de la cuisine des légumes d’hiver et de la conception de menus alternatifs et économes
  • un accompagnement des producteurs dans l’analyse de leurs pratiques de livraison, sur la base d’un logiciel conçu par la FRCIVAM Bretagne, outil LOCAL
  • une formation sur la planification de la production de légumes pour la vente en circuits courts, à destination des maraîchers

La soirée s’est achevée sur un buffet paysan propice à l’échange et aux projections pour la rentrée 2015 !

Article de Jean-Michel Bonnin dans la NR du 30 juin 2015, à partager